All fields are required.

Close Appointment form

Soutien à une initiative au sujet des technologies sans fil !

Soutien à une initiative au sujet des technologies sans fil !
icon
Soutien à une initiative au sujet des technologies sans fil !

Chers Professionnels de la santé, chers Collègues,
Vu l’évolution de la société au « tout numérique » et étant confrontées à des situations
d’électro-sensibilité, nous avons décidé de lancer un Appel de professionnels de la santé aux politiques et aux citoyens afin d’inciter à la prudence et à l’usage raisonné des nouvelles technologies sans fil. Vous trouverez quelques explications sur notre démarche ci-dessous, ainsi que le lien vers l’appel que nous avons préparé.

Les tablettes, les smartphones, les smart TV, les téléphones DECT, les objets connectés (thermostat, lampes, …) ainsi que le WI-FI à la maison, à l’école ou sur le lieu de travail sont autant de sources de rayonnements électromagnétiques de radiofréquences/microondes (REM).

On parle maintenant en plus de l’arrivée de la 5G et  de l’Internet des Objets et sa myriade d’objets connectés sans fil dont les compteurs dits « intelligents ».

L’innocuité de cette exposition répétée et/ou prolongée n’a jamais été démontrée.  Au contraire, en 2011, l’OMS a classé les REM des technologies sans fil en classe 2b, cancérigènes possibles.  Le Principe de Précaution n’a donc pas été respecté lors du déploiement des technologies sans fil dans les crèches, les écoles, les lieux publics, les
transports publics,…   Les normes sensées nous protéger datent de 1998 et ne prennent
pas en compte les effets biologiques des CEM sur l’organisme, qui se manifestent pour
des valeurs mille fois inférieures aux normes actuelles. Ces normes ne prennent en
compte que les effets thermiques des rayonnements pour une durée d’exposition de 30
minutes. Elles n’ont pas été étudiées pour protéger les plus vulnérables notamment les
enfants, les personnes malades, âgées et femmes enceintes et ne tiennent pas compte
des expositions prolongées et /ou répétées.

En tant que professionnels, nous sommes confrontés à de nombreuses pathologies
pouvant être, selon l’avis de nombreux scientifiques, potentiellement en lien avec des
composants environnementaux tels que l’exposition croissante de la population aux
rayonnements électromagnétiques des technologies sans fil.

Nous rencontrons aussi de plus en plus de personnes qui se plaignent de troubles physiques liés à l’exposition aux rayonnements électromagnétiques : maux de tête, acouphènes, troubles visuels, vertiges, insomnies, éruptions cutanées, douleurs musculaires et/ou articulaires, troubles cognitifs sévères (déficit de l’attention et de la concentration, perte de la mémoire immédiate), troubles cardiaques (oppression thoracique, tachycardie, arythmies)…. Symptômes dont la caractéristique est de disparaître  quand la personne s’éloigne de la source d’exposition. Sans compter que ces personnes peuvent se retrouver en incapacité professionnelle et même en exclusion
sociale. Ces patients ne présentent pas, selon nos observations, de symptômes évocateurs d’une pathologique d’origine psychologique. Il ne s’agit donc pas d’une « phobie » des
ondes. Ce syndrome d’hyper-électro-sensibilité (EHS) est reconnu en Suède depuis 2002
comme handicap fonctionnel.

En mai 2011, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (Résolution 1815) avait déjà incité à la prudence et à l’importance de la sensibilisation des populations  aux dangers potentiels des REM : « l’Assemblée recommande que les états membres du conseil de l’Europe prennent toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables et tout particulièrement l’exposition des enfants et des jeunes pour qui les risques de tumeurs de la tête semblent les plus élevés.(…) L’Assemblée
recommande de revoir les fondements scientifiques des normes actuelles d’exposition aux champs électromagnétiques fixées par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), qui présentent de graves
faiblesses, et d’appliquer le principe « ALARA », à la fois pour ce qui est des effets thermiques et des effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements
électromagnétiques (…) L’Assemblée recommande de privilégier pour les enfants en
général, et plus particulièrement dans les écoles et salles de classe, des systèmes d’accès
à l’internet par connexion filaire et de réglementer de façon stricte l’utilisation du
portable par les élèves dans l’enceinte de l’école(…) »

Dans la lignée de cette Résolution et des dizaines d’autres appels de scientifiques et de
médecins de par le monde (voir ci-dessous), nous souhaitons rassembler un maximum
de professionnels autour de cette question et lancer un appel à la prudence. Les enjeux
économiques relatifs à cette question constituent un obstacle majeur à l’application du
principe de précaution.

Nous nous devons, en tant que professionnels de la santé, d’exiger des gouvernements
qu’ils appliquent ce Principe de Précaution et qu’ils  privilégient la santé plutôt que les
intérêts économiques. Si vous êtes prêts à nous soutenir dans cette initiative, merci de
cliquer sur le lien ci-dessous afin de lire cet appel et de le signer :

https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be/

  • Share This

About the author

icon

Webmaster Sage-Femme

Related Posts